Aromathérapie 101

Les plantes aromatiques sont utilisées à des fins diverses depuis des millénaires à travers le monde. D’abord sous forme de décoctions ou d’infusions, puis macérées dans de l’huile végétale pour en faire des parfums, ou encore brûlées pour leurs propriétés odorantes, leurs utilisations ont évolué au fil des siècles.

Plus tard est venue la volonté d’extraire la matière odorante donnant naissance à la distillation et par conséquent aux huiles essentielles. De nos jours, les nombreuses recherches scientifiques sur les huiles essentielles appuyées par l’intérêt toujours croissant que suscitent les propriétés naturelles des plantes, donnent à l’aromathérapie son statut scientifique.

Qu’ est-ce que l’aromathérapie ?

Le mot aromathérapie vient du grec aroma : arôme, aromate et therapeia : soin, cure, signifie donc littéralement le soin (assez complexe) par les extraits aromatiques des plantes. À ne pas confondre avec la phytothérapie dont l’extraction des principes actifs de la plante se fait autrement (décoctions, infusions, macération de plantes fraîches ou séchées…). L’aromathérapie est une forme de médecine aromatique qui utilise les vertus des essences aromatiques, communément appelées huiles essentielles, qui peuvent être extraites à partir de diverses parties de la plante (fleurs, feuilles, racines, semences, fruit, bois, etc.) afin de procurer des bienfaits thérapeutiques.
Le mot « aromathérapie » aurait été inventé par un ingénieur-chimiste français, René-Maurice Gattefossé à la fin des années 1920. Œuvrant dans le milieu de la parfumerie et passionné par les vertus thérapeutiques des huiles essentielles et les traditions millénaires, il a travaillé toute sa vie pour les concilier avec la science, son domaine d’activité. L’histoire nous révèle que, très gravement brûlé aux mains lors d’une explosion en laboratoire, il appliqua sur ses plaies, de l’huile essentielle de lavande. Les résultats stupéfiants lui confirmèrent son intuition à savoir que l’essence de lavande possédait des propriétés antiseptiques et cicatrisantes. C’est à partir de là qu’il consacra une partie de ses recherches aux propriétés des huiles essentielles.

Comment et pourquoi l’aromathérapie ?

L’aromathérapie désigne l’utilisation des huiles essentielles en prévention, pour soigner ou pour maintenir la santé. Les huiles essentielles sont reconnues pour leurs vertus et divers usages thérapeutiques. Leurs usages sont multiples et peuvent soigner un très grand nombre d’affections et maladies, voici une liste d’usage qui est loin d’être exhaustive :

  • En diffusion dans l’atmosphère ou diluées dans les produits de nettoyage, elles désinfectent, désodorisent et parfument naturellement l’air, le débarrassant des germes pathogènes. De cette façon, on prévient les affections microbiennes et on renforce le système immunitaire.
  • En application locale, elles sont de puissants antidouleurs : migraines, douleurs dentaires, crampes, douleurs musculaires, rhumatismes, problèmes de peau etc… Elles stimulent aussi la circulation sanguine.
  • En inhalation, elles peuvent dégager les voies respiratoires et sont reconnues pour leurs qualités expectorantes et purifiantes. Elles peuvent également soulager le stress, la nervosité, aider à lutter contre l’insomnie.
  • Les huiles essentielles ont un grand pouvoir antiseptique aérien, antifongique et cicatrisant cutané et stoppent la progression virale.

Leurs propriétés des huiles essentielles diffèrent selon l’espèce botanique et la partie extraite de la plante et peuvent avoir de multiples propriétés. Elles apportent à l’organisme, les plus précieux concentrés de la nature pour rétablir ou conserver l’équilibre indispensable à la santé.

L’importance de bien choisir son huile essentielle

Distinguer la qualité lorsque vient le temps de choisir une bouteille d’huile essentielle en magasin. Vous devez tenir compte des informations suivantes :

  • Le nom latin (botanique) : évite les confusions entre les différentes plantes issues d’une même famille botanique.
  • Le chémotype : identifie le profil chimique de l’huile essentielle.
  • La partie utilisée : certaines plantes peuvent produire des huiles essentielles différentes selon l’organe producteur. Ex. cannelle écorce vs cannelle feuille.
  • Le pays d’origine : indique le terroir et la provenance exacte.
  • Les mises en garde et les contre-indications d’utilisation.

Pour des soins thérapeutiques, privilégier une huile essentielle provenant de plantes de culture biologique ou d’origine sauvage et ayant une homologation avec un numéro NPN (Numéro de Produits Naturels) attribué par Santé Canada.

Les huiles essentielles en toute sécurité

En tant qu’extraits aromatiques très puissants, il faut les utiliser en respectant quelques règles de sécurité pour profiter pleinement de leur efficacité. Les huiles essentielles peuvent être utilisées par voie aérienne (inhalation, diffusion), par voie cutanée, en application topique (bain, massage) et également par voie interne. Il est primordial de toujours consulter un aromathérapeute ou un médecin spécialisé.

Le bon dosage pour le bon usage :

  • En diffusion avec un diffuseur, pour assainir ou parfumer l’air ambiant. Privilégiez un diffuseur électrique à diffusion par vaporisation pure ou par diffusion d’eau froide par ultrasons. Assurez-vous que la pièce est aérée, et ne pas utiliser pendant le sommeil. Choisissez les huiles essentielles pour leurs propriétés odorantes, leurs parfums. Éviter les huiles irritantes ou agressives, par exemple : cannelle, clou de girofle, origan, menthe, anis, fenouil, estragon, etc.Attention aux bébés. En dessous de 3 ans, il n’est pas recommandé d’exposer un bébé aux huiles essentielles, même en diffusion. Au-delà de cet âge, on privilégiera les huiles dites douces par exemple : lavande, camomille.Attention avec les animaux de compagnie, particulièrement les chats, qui sont sensibles aux huiles essentielles. Il est préférable de ne pas utiliser de diffuseur en leur présence.
  • En application topique, en ayant réalisé au préalable, un test de tolérance appelé ‘’patch test’’ (voir mises en garde). Veillez à toujours diluer les huiles essentielles dans de l’huile végétale ou une base de crème avant de les appliquer sur la peau. La concentration d’huiles essentielles doit se situer entre 1 à 5% et dans certains cas jusqu’à 10 % au grand maximum. Certaines huiles peuvent être appliquées pures sur la peau (Ex. : lavande, tea tree), mais en très petite quantité et sur une zone très limitée.
  • Dans un bain :  Diluer 5 à 20 gouttes d’huiles essentielles dans une solution appelée Emulsium (émulsifiant/dispersant) ou dans un bain moussant neutre ou encore du lait en poudre. Ne jamais mettre d’huiles essentielles pures dans votre bain, car elles ne sont pas solubles dans l’eau (par différence de densité, elles remontent à la surface).
  • En massage : Il est nécessaire de diluer les huiles essentielles simples ou les mélanges (complexes) dans une huile végétale, par exemple de jojoba ou amande douce, avant d’effectuer un massage. Une concentration de 1 à 5 % d’huile essentielle est généralement recommandée.

Dans les produits maison, en fabriquant soi-même ses recettes de produits entièrement naturels : Cosmétiques, shampoings, produits de nettoyage. En utilisation cosmétique, en général, on recommande une concentration de 1 % à 3 %. Comptez un maximum de 6 gouttes d’HE par 10 ml de produit cosmétique. Ne pas chauffer les huiles essentielles, ajoutez-les en fin de préparation. Les huiles essentielles ne sont pas des corps gras à proprement dit puisqu’elles ne contiennent pas de lipides. Elles ne se mélangent qu’avec des substances grasses : huiles végétales, crèmes et beurres végétaux.

Infolettre

Ensemble partageons notre passion! Recevez conseils, recettes et offres exclusives.